La période des vacances vient tout juste de se terminer. Durant celle-ci, bon nombre d’entre vous aura choisi de prendre l’avion pour passer quelques jours, voire quelques semaines, dans un petit coin de paradis. Toutefois, et cela, même si l’avion se trouve être un moyen de transport extrêmement pratique, les vacanciers sont nombreux à subir des retards conséquents qui impactent leurs vacances de manière plus ou moins importante. Dans ce cas de figure, une question revient régulièrement : « ai-je droit à une indemnisation ? ». Cela dépend de différents paramètres. Oui, mais desquels ? C’est ce que nous allons voir ici !

Vols européens : les voyageurs indemnisés en cas de retard

Le premier paramètre permettant de savoir si, oui ou non, vous avez droit à une indemnisation concerne le lieu de départ/de destination de l’avion. Vous pouvez demander une compensation si votre vol part d’un aéroport européen ou s’il est à destination d’un pays membre de l’Union européenne. Cependant, attention. Dans ce dernier cas, la compagnie à l’origine du retard doit être en possession d’une licence délivrée par un État de l’Union.
Les choses se compliquent lorsque les vols ne sont pas européens. Dans ce cas de figure, il sera nécessaire de se renseigner auprès des autorités concernées du pays en question.

Indemnisation : cas particuliers

Notez que tous les retards ne peuvent pas être indemnisés. Lorsque ces derniers sont la cause de « circonstances extraordinaires » qui ne peuvent pas être évitées, la compagnie aérienne n’a aucune obligation de dédommager ses passagers. « Quels sont les événements qui rentrent dans cette catégorie ? ». Très bonne question ! Météo, grèves, risques liés à la sécurité, pour n’en citer que quelques-uns, sont des contextes qui ne donnent pas droit à une indemnisation. Libre à la compagnie de choisir de dédommager ses voyageurs, ou non.
Toutefois, si l’excuse du transporteur n’est pas valable à vos yeux, rien ne vous empêche d’amener l’affaire devant les tribunaux. Les juges détermineront si la cause est réellement une « circonstance extraordinaire ».

« À quoi ai-je droit ? »

La compagnie aérienne est obligée de mettre une assistance à votre disposition si votre vol est repoussé de plus de deux heures ou lorsque la distance à parcourir par l’avion est d’au moins 1,500 kms. Pour un vol intracommunautaire, il faudra compter trois heures pour recevoir une assistance et quatre heures pour les autres types de vols.
Vous avez également le droit de réclamer à boire et à manger, deux coups de téléphone, l’envoi de deux mails et de deux fax si besoin est.
Si le vol est reporté au lendemain, le transporteur est dans l’obligation de vous trouver un hébergement. Notez que vous avez le droit de réclamer le remboursement de votre billet si le retard dépasse les cinq heures.
Mais ce n’est pas tout, en effet, vous pouvez réclamer une indemnisation forfaitaire. Le montant sera déterminé en fonction du retard et de la distance à parcourir par l’avion concerné.