Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à vouloir prendre soin de leur santé. Manger moins gras et moins sucré est devenu une priorité pour beaucoup. Cependant, pour acheter des produits adaptés à nos objectifs, il est essentiel de savoir lire les étiquettes de ces derniers. En effet, les concepts de « jus de fruits frais » « pur jus » « moins de sucres », « moins de graisses » « faible en calories » veulent tout et rien dire à la fois. Pas facile de consommer mieux lorsqu’on ne sait pas quel produit vaut mieux que les autres ! C’est pour toutes ces raisons que la rédaction de Réunions-consommateurs.com a souhaité faire un point sur le sujet. Consommer mieux, ce n’est, en réalité, pas si compliqué que ça !

Lire les étiquettes de ses produits : oubliez les calories !

Apprendre à consommer mieux est souvent un processus qui prend du temps. Pourquoi ? Car, c’est un apprentissage tout entier qui est à refaire ! Et ça commence par les apports nutritionnels de vos aliments préférés !
Première chose : arrêtez de baser vos choix sur le nombre de calories. Vous serez, tous et toutes d’accord, pour dire que la pomme est un aliment sain pour la santé. Manger des pommes n’a jamais fait grossir qui que ce soit ! Vous approuvez ? Très bien. Mais saviez-vous que chaque fruit contient, en moyenne, 80 calories ?! Pourtant, il est impossible de prendre du poids ou de développer du cholestérol avec ce produit ! Notez que la règle s’applique à tous les aliments. Ce n’est donc pas les calories qui doivent attirer votre attention, mais bien la quantité de matière grasse et le nombre de glucides aux 100 grammes.
Les matières grasses, elles, ne sont pas nocives pour la santé. D’ailleurs, elles sont essentielles au fonctionnement de notre corps, et notamment à celui du cerveau. Cependant, il ne faut pas en abuser !
Les glucides sont également très utiles à notre organisme. Cependant, de la même manière que les matières grasses, il faut veiller à ne pas en abuser. Essayez de ne pas dépasser les 30g de glucides par repas.

La liste des ingrédients

Au dos de vos produits se trouve généralement une liste d’ingrédients, plus ou moins longue, vous indiquant avec quoi est fait votre aliment. Lors de votre décryptage, trois éléments doivent retenir votre attention : le nombre d’ingrédients, leur nom et leur ordre.
Plus la liste d’ingrédients est courte, plus votre produit est simple et sain. D’ailleurs, les termes ressemblant plus à du chinois qu’à du français doivent vous interpeller. Il s’agit, la plupart du temps, de composants chimiques, d’additifs & co. Donc, on évite !
L’ordre des ingrédients est très révélateur de la qualité de votre produit. En effet, si vous tenez entre vos mains une mayonnaise, et que l’œuf arrive bon dernier, il y a des questions à se poser sur la nature de ce dernier ! Même chose pour la pâte à tartiner. La noisette devrait arriver dans les premiers, et non l’inverse. Méfiance, donc !

Appellations, normes et labels

« Frais » « sans sucres ajoutés » « naturel » « artisanal ». Que veulent vraiment dire tous ces termes ? Les produits portant ces appellations sont-ils vraiment meilleurs pour la santé ? Faut-il absolument se diriger vers des aliments dotés de labels et de normes ? Restez sur vos gardes, car même si les industriels n’ont pas le droit de mentir sur le contenu et la provenance de leurs produits, rien ne les empêche d’embellir la vérité ! D’où l’utilité de savoir à quoi correspond chaque terme !
Commençons par l’appellation « frais ». Cette dernière, notamment utilisée pour les jus, signifie que votre boisson n’a « subi aucun traitement de stabilisation microbiologique » (Source UFC Que Choisir). Disons qu’elle est plus « naturelle ». Attention également au « sans sucres ajoutés ». Ce n’est pas parce que le fabricant n’a pas rajouté de sucre que votre produit n’en contient pas ! La meilleure chose à faire étant de se baser sur la quantité de sucre aux 100g, comme nous vous le disions plus haut. « Naturel » « artisanal »… De nombreux produits portent ces termes sur leur packaging. Cependant, là encore, attention. Tout l’aliment n’est pas forcément conçu de façon artisanale ou naturelle ! Une fois encore, référez-vous directement aux ingrédients du produit en question !
Le « riche en … » est aussi très utilisé en ces temps. Nous vous l’avons dit, les industriels n’ont absolument pas le droit de mentir. Toutefois, il semble important de vérifier la teneur du composant vanté par le fabricant. En effet, pour doter son produit de ce type de « slogan », l’aliment en question doit contenir au moins deux fois plus de minéraux/vitamines/ etc… que les produits concurrents. Rien ne vaut une petite vérification 😉 .
Et les normes et les labels dans tout ça ? « Label rouge », « Agriculture biologique », « AOP », « Reconnu saveur de l’année » , « Max Havelaar »… Que signifient-ils réellement ? Le « Label rouge » indique au consommateur que le produit qu’il s’apprête à acheter est de meilleure qualité (ce dernier est jugé sur un certain nombre de caractéristiques bien précises : conditions de production, goût, etc…) que les autres produits concurrents. Les produits dotés du label « Agriculture biologique » sont conçus avec, au minimum, 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. L’appellation « AOP » informe seulement le consommateur du caractère protégé du nom du produit (ex : Champagne). Critère de qualité ou non ? Vous êtes seul juge à ce niveau ! Le fameux « Reconnu saveur de l’année » indique que le produit en question a « gagné » ce sigle, après avoir été jugé par un panel de consommateurs et de professionnels. Notez qu’il se rapporte à la saveur, et non aux qualités nutritives de l’aliment en question ! Finalement, le sigle «Max Havelaar » est un label commerce équitable. Le produit initial aurait été acheté à un prix honnête à des producteurs respectueux des droits de l’Homme et de l’environnement. Voilà pour les « plus connus ». Cependant, avant de vous laisser convaincre par un label, quel qu’il soit, soyez sûr d’en connaître sa signification !