Les impôts, les cotisations sociales et les autres taxes liées à la création d’entreprise sont bien souvent des freins au lancement d’une société. Dans le pire des cas, elles peuvent amener les entrepreneurs à mettre la clé sous la porte. C’est pourquoi de nombreux créateurs cherchent des moyens de payer moins de charges. Malheureusement, les techniques illégales sont multiples et les gérants se laissent souvent tenter, quitte à avoir des problèmes avec le fisc. Et si nous vous disions qu’il existe des moyens légaux pour revoir le montant de ses taxes à la baisse ? Tour d’horizon des différentes solutions avec Réunions de consommateurs.

Taxes : nos astuces pour revoir vos impôts à la baisse

Faire baisser le montant de ses taxes est loin d’être impossible, il suffit simplement de connaître les bonnes astuces !

1 – Amortissez vos investissements

Oui, divers investissements peuvent être transformés en charges déductibles. C’est le cas des dépenses liées à l’achat de matériel, à la recherche et au développement.

Certains investissements sont classés dans la case « immobilisations ». Nombreux sont les dirigeants à penser que ceux-ci ne peuvent pas engendrer une réduction de charges… Mais ce n’est pas tout à fait vrai. En effet, il est possible de jouer sur la durée des amortissements pour revoir le montant de l’IS à la baisse. L’administration fiscale a mis au point des barèmes sur lesquels les entrepreneurs sont invités à se baser. Plus la durée que vous choisirez sera réduite, plus l’amortissement sera rapide, le bénéfice imposable sera, à son tour, plus vite réduit.

2 – Reportez toutes vos charges

Les charges liées à l’activité de l’entreprise peuvent être déduites des impôts. Beaucoup d’entrepreneurs ne les déduisent pas, faute de ne pas avoir connaissance des charges qui peuvent l’être (déduites). Une autre technique consiste à créer des charges (des charges réelles bien évidemment), mais qui ne sont tout simplement pas comptabilisées au nom de la société, alors qu’elles pourraient facilement l’être. C’est le cas du carburant. Mettez à la disposition de vos collaborateurs une carte au nom de la société. Les factures associées seront établies au nom de l’entreprise.

Même chose pour les véhicules. Ces derniers doivent être au nom de la société. Ainsi, les frais d’assurance, de réparation, d’entretien, etc… Seront déduits des impôts de la firme.

 

3 – Factures et notes de frais

Ces documents doivent impérativement être bien remplis pour être en mesure de bénéficier des réductions d’impôts qui vont avec. Veillez à ce que toutes les factures soient bien établies au nom de la société. Toutes les mentions obligatoires doivent y figurer.

Pour ce qui est des notes de frais des gérants, assurez-vous que leur contrat stipule leur obligation de réaliser des notes de frais lorsque les dépenses réalisées peuvent être remboursées par l’entreprise.

4 – Les déficits

À l’inverse de ce qu’un grand nombre aurait tendance à penser, un déficit n’est pas forcément une mauvaise chose. En effet, ce dernier peut vous permettre de revoir votre bénéfice imposable à la baisse. Les déficits peuvent être reportables, en avant ou en arrière. Si vous disposez d’un stock de déficits assez important, il se peut que vous n’ayez pas à payer d’impôts sur la société pendant plusieurs années !

5 – Les provisions

Les entreprises ont le droit de faire des provisions pour anticiper les éventuels coups durs. Ces dernières peuvent, à leur tour, vous permettre de réaliser des économies. Toutefois, attention, ces provisions sont soumises à des conditions strictes. En cas de fraude, le fisc ne vous fera pas de cadeau ! Les montants concernés doivent être liés aux charges déductibles et être estimés de manière précise. Il peut s’agir d’une éventuelle perte due à la conjoncture actuelle, des charges à venir, etc.

 

Notez cependant que vous ne pouvez pas anticiper un licenciement. Toutefois, il est possible de souscrire à une assurance à cet effet, dont les paiements pourront, eux, être déduits de l’impôt.

6 – Augmentez vos revenus

Pourquoi ne pas tout simplement augmenter votre revenu pour avoir moins d’impôts à payer à l’État ? Attention tout de même à ne pas voir trop grand, de risque à faire passer cette manœuvre pour une opération blanche !

7 – La retraite

Une autre astuce pour revoir le montant de ses impôts à la baisse consiste à financer la retraite complémentaire de ses collaborateurs. Les cotisations sont déduites, les salariés se voient proposer un salaire plus attrayant. Vous fidélisez ainsi votre équipe et lui donnez une source de motivation supplémentaire. Tout le monde est gagnant !

8 – Développez votre société grâce au crédit d’impôt

Les crédits d’impôt permettent d’investir à moindre coût. Ils sont également déductibles de l’impôt sur la société. Que cela soit pour la recherche, l’apprentissage, la formation… Renseignez-vous sur les différents dispositifs pour voir à quoi vous pouvez prétendre !

9 – Les zones aidées

Savez-vous que certaines entreprises bénéficient d’une réduction d’impôt, car elles ont choisi (ou non) de s’établir dans une zone aidée. S’implanter en zone rurale ou dans un quartier réputé pour être en difficulté ouvre des droits d’exonération totale pendant deux ans. Oui, oui, vous avez bien lu. Le montant de l’impôt sera dégressif pendant les trois années suivantes.

10 – L’immobilier Outre-Mer

Pourquoi ne pas investir dans l’immobilier pour ensuite louer vos biens ? Le dispositif Girardin a été mis au point pour que les entreprises puissent, de la même manière que les particuliers grâce à la loi Pinel, réduire le montant de leurs impôts. Pour en profiter, la société doit acheter un logement neuf en Outre-mer avant le 31 décembre 2017. Il y a de fortes chances que le dispositif soit renouvelé. Le montant de l’investissement est entièrement déduit de vos impôts. Toutefois, attention, comme tout dispositif, celui-ci est soumis à conditions. Renseignez-vous correctement en amont avant de vous lancer.

 

11 – Les actions caritatives

Vous le savez peut-être déjà : les dons sont déduits de vos impôts. Le montant de la déduction dépend de l’action caritative réalisée. Il peut s’agir de l’achat d’un bien culturel, d’un don en faveur d’une œuvre de charité, de l’achat d’un trésor national, etc. En plus de venir en aide à ceux qui sont dans le besoin, vous embellissez l’image de votre société.

Taxes : comment payer moins de cotisations au RSI ?

Nombreuses sont les entreprises à verser des cotisations au RSI. Elles sont tout aussi nombreuses à vouloir que leur montant diminue. Alors, comment faire ?

Les micro-entreprises ne peuvent, malheureusement, pas faire grand chose… La seule solution consiste à réduire son activité, mais ce n’est forcément une bonne idée en soi.

Toutefois, et cela, sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier du dispositif ACCRE. Les cotisations augmentent de façon progressive durant les quatre premières années d’activité. C’est toujours bon à prendre, vous en conviendrez !

Pour ce qui est des EI, des EIRL ou des SARL, vous pouvez, au choix, réduire votre activité, investir ou faire des provisions, augmenter les dépenses courantes ou embaucher.

Côté SARL, vous avez la possibilité de demander le maintien de vos droits à Pôle emploi, vous pouvez vous faire rembourser certaines de vos dépenses personnelles (liées à votre activité d’entrepreneur, bien évidemment). Il est également possible de se faire rembourser le compte-courant d’associer.

Si ces astuces ne permettent pas toutes de payer moins, elles permettent toutefois de récupérer de l’argent. L’un dans l’autre, vous êtes gagnant !

Conso-france.comObtenez des conseils sur la création de votre entreprise...

Conso-france.com
Obtenez des conseils sur la création de votre entreprise...

Conso France, notre partenaire, vous aide à concrétiser votre projet !

Vous êtes bien inscrit(e)